Laurent BERVAS

Autres liens

« La Grand-Mère d'Ecosse | Accueil | Customers need Romance »

03 octobre 2004

Commentaires

Raphaël Zacharie de Izarra

Autrefois j'arpentais l'Avenue des Champs-Elysées entre février et avril, ma carriole pleine d'enclumes, en quête d'hypothétiques clients. J'hélais avec hauteur et courtoisie les passants, l'air excessivement guindé. Dépité de ne jamais rien vendre, j'attrapais parfois un touriste japonais ou allemand par le bras en lui montrant ma cargaison avec un regard complice plein de concupiscence. Rien n'y faisait. Mes enclumes n'intéressaient personne. Je changeais de quartier. Sous la Tour Eiffel je faisais du zèle auprès des groupes de visiteurs surpris. En vain. Alors il m'arrivait de pousser jusqu'à la cathédrale Notre-Dame où les touristes étaient plus disposés, pensais-je, à m'acheter un ou deux souvenirs. On me prenait en photo, beaucoup de gens étonnés ou amusés m'interrogeaient sur mon commerce. Et même il arrivait que l'on me chassât du parvis. Mais jamais on ne m'achetait d'enclumes.

Quatre saisons durant j'ai exercé ce métier ingrat, toujours entre février et avril, les seuls mois où je pouvais espérer gagner mon pain en vendant aux étrangers ces babioles. En quatre saisons de persévérance, je n'ai pas vendu une seule enclume. Las de ce métier de fou, je me suis fait rentier à vie. Depuis je vis légèrement ne me consacrant plus qu'à l'écriture, sans plus de soucis, mon stock d'enclumes au grenier.

Raphaël Zacharie de Izarra
raphael.de-izarra@wanadoo.fr

Raphaël Zacharie de Izarra

TROIS TEXTES POUR PROMOUVOIR UNE DESOBEISSANCE CIVIQUE ECLAIREE

1 - VIVE LE PIRATAGE DES OEUVRES !

Inique, le projet de loi visant à interdire le téléchargement des oeuvres musicales sur le NET ! Dévoyés, prostitués, sans hauteur sont les artistes qui n'acceptent de diffuser leurs productions à destination des hommes de la terre, leurs semblables, qu'à la condition d'être payés avec de l'argent ! L'art, la musique, la poésie sont une nourriture universelle par excellence. Aucune considération d'ordre pécuniaire ne devrait limiter leur diffusion. Le simple fait de consacrer son temps libre ou sa vie entière à l'art et de le diffuser sans aucune restriction, de faire profiter à qui veut les savourer les fruits de son travail, devrait suffire au bonheur de l'artiste.

Ce qui tue la créativité, ça n'est pas le manque d'entrée d'argent. Au contraire, c'est avec le ventre vide que le poète chante le mieux. Le confort que permettent des revenus assurés et réguliers peut même être un frein à la création. Honte aux artistes qui exigent de l'argent en échange de l'étincelle divine ! On ne devrait pas commercialiser le souffle de l'esprit. Les artistes qui soutiennent ce projet de loi se mettent sur le même plan que les marchands de lessive.

Ces ingrats qui des muses ont reçu un cadeau merveilleux sans que rien ne leur soit demandé en contrepartie, ces simples mortels sur lesquels à la naissance se sont penchés les dieux avec une générosité, un désintéressement sublimes afin de les combler de dons sans rien leur réclamer en échange, ces petits hommes imbus de leurs dons osent exiger de leurs frères humains, leurs égaux, des hommes au même titre qu'eux, qu'il les payent pour cette grâce tombée du Ciel ! Ils estiment que la manifestation de l'infini vaut tant d'argent, ils considèrent que leur don octroyé gratuitement par les anges présidant à l'Art se pèse sur la balance des lois du marché...

Notre société matérialiste, alimentaire, mercantile qui a commercialisé, mis en rayons, code-barré la pensée, le Beau, les plus hauts sentiments ne peut concevoir qu'un artiste compose, écrive, imagine pour l'amour de l'art, pour la gloire des étoiles, pour la beauté du geste... Nul besoin d'argent pour créer. Les artistes qui prétendent le contraire ne sont que des vendus, des menteurs, des traîtres, des bandits qui ont fricotés avec le "diable marketing". On peut, on doit chanter sans être payé en retour. L'inspiration ne devrait pas être conditionnée par des exigences d'ordre économique.

Les fruits de l'esprit appartiennent à tous, pauvres et fortunés. Les richesses de l'âme ne devraient pas être soumises aux lois du marché. L'universel, ce qui est issu des profondeurs de l'homme devrait voler de tête en tête, de coeur en coeur, et non passer de porte-monnaie en tiroir-caisse.

Seuls les supports peuvent être commercialisés, pas les oeuvres.

Le reste, ce sont de sordides affaires de comptables ayant perdu leur âme dans de vils calculs. Si les artistes veulent se payer une plume en or, une lyre sertie de diamants, une guitare étincelante de pierres précieuses, s'ils veulent manger à leur faim, qu'ils se soumettent aux mêmes rigueurs que les autres mortels : qu'ils aillent travailler à l'usine. Le talent ne confère aucun privilège à ces humains infatués de leur héritage divin. A ceux qui ici-bas veulent monnayer le legs olympien, je réponds que leur venue au monde n'a été soumise à aucun marché. Et que si les entités célestes ne demandent rien pour tous ces trésors offerts à leurs créatures humaines, les artistes devraient remercier le sort au lieu de se plaindre, et à plus forte raison ne pas faire commerce de ces présents. Il n'en sont que les dépositaires.

Je vous engage donc à piller mes oeuvres sur http://espritlibre.foxoo.net/plume, à télécharger de la musique sur des sites gratuits et illégaux, à répandre la pensée des philosophes sans faire acheter leurs livres à votre auditoire, à chanter dans la rue les chansons que vous aurez entendues dans les écouteurs d'essai à la FNAC sans débourser un centime, et ce afin de faire partager gratuitement à un maximum de gens autour de vous les oeuvres de l'esprit que des pirates de l'âme, des vrais pirates ceux-là, veulent vous faire payer.

2 - VIVE LA TRICHERIE !

Tricherie, fourberie, déloyauté : façons délibérément dévalorisantes, réductrices de nommer l'astuce sociale la plus légitime. Habituellement ces termes à connotation négative sont émis par ceux qui sont en accord avec le discours ambiant, comme peuvent l'être les gens honnêtes qui adhèrent aux lois de leur pays, qui votent et paient leurs impôts sans faire d'histoire en bon citoyens qu'ils sont.

Tricher dans la société devrait être un honneur, mentir à son employeur un devoir pour tout employé qui veut gagner sa vie. Travailler au noir ne cause du tort qu'aux entrepreneurs honnêtes légalement inscrits au Registre du Commerce. Mais c'est un excellent moyen de gagner sa vie pour les exclus du marché du travail : les sans-papiers méprisés, les miséreux à qui l'on ferme les portes, les clandestins exilés, chassés, etc.

Se faire passer pour un curé, un général de l'Armée ou un commissaire de police sont de très nobles initiatives permettant au pauvre sans diplôme, sans vertu ou sans grade de bénéficier des biens de ce monde en savourant toasts, coupes de champagnes et autres cuisses de Marquises.

La morale imposée par la société n'est qu'une jalouse manière de préserver certains privilèges et profits des citoyens honnêtes jouant le jeu de l'État : je parle de ceux qui font preuve de peu d'astuce et de beaucoup de rigidité dans le coeur. Il n'y a fondamentalement rien de mal à manger, boire, gagner sa vie, nourrir sa famille par astuce, usurpation d'identité ou artifices, pourvu que le travail du tricheur soit bien fait, pourvu qu'une partie de l'argent du nanti tombe invariablement dans l'humble bourse de l'immigré à peau trop mate, du ventre-creux sans papier, bref de l'exclus par ségrégation sociale en général. Que font nos dirigeants ? Ils enrichissent le pays en vendant des armes à des belligérants. Morale d'État.

La tricherie, la vilenie, le cynisme ne seraient donc moraux et admis que lorsque cela arrange les consciences officielles et l'ordre établi ? La fourberie, le mensonge, la falsification de documents, la concurrence déloyale sont des actes très moraux lorsqu'ils servent l'exclus dans ses droits fondamentaux.

N'oublions pas que nos lois et constitutions ont été fondées sur l'absurdité, l'arbitraire, l'irrationnel : en somme, ni plus ni moins que la morale du plus fort.

J'encourage donc le travail au noir, le piratage commercial des oeuvres, la contrefaçon, l'usurpation d'identité, l'usage de faux. Après le triomphe éhonté de la morale des nantis, promouvons la morale des faibles, des laissés pour compte d'une économie odieusement basée sur la protection des auteurs, des déclarés, des non-clandestins, des "tamponnisés".

3 - L'IMPOSTURE DE L'AUTORITE

Ceux qui parmi vous se laissent impressionner par les morts, par les magiciens ou par les poètes ne sont que des sots. Certes, j'admire et apprécie à leur exacte valeur les oeuvres de Hugo, de Chopin, de Bach... Cependant je ne m'aliène pas à ces auteurs. Les imposteurs sont partout, qui cherchent à se faire passer pour des petits dieux.

Les étoiles n'ont aucun droit sur ma destinée individuelle, pas plus que les vermisseaux. Ni les Einstein ni les Mozart n'ont à faire la loi chez moi : ils n'ont aucun privilège de plus que le premier venu. Le génie des autres ne leur confère nullement d'autorité sur ma personne. Les talents inédits de mes semblables ne m'ôtent pas le moindre droit d'être ce que je suis. Par exemple, ici je destitue la beauté pour faire triompher la laideur. Ailleurs je restaure cette beauté déchue pour vouer la laideur, hier tant admirée, à la géhenne : là est mon inaliénable, glorieuse liberté. Faites de même et comme moi raillez sans vergogne vos plus chers maîtres, et vous deviendrez des oiseaux d'envergure.

Je crache irrespectueusement sur la barbe de Homère, je tourne en dérision le couronnement des têtes pleines de majesté et je place sur le trône le dernier des mohicans, et puis je ridiculise encore les chanteurs d'opéra... Les imposteurs sans cesse tentent leurs viles séductions sur les foules. Les poètes sont des imposteurs, les artistes sont des imposteurs, les grands hommes sont des imposteurs, les camionneurs sont des imposteurs. Les imposteurs sont partout. Osez penser par vous-mêmes. Bâtissez vous-mêmes vos propres cathédrales et cessez de vous agenouiller devant ces statues de sel qui vous rendent infiniment ridicules.

Inventez vos étoiles, devenez votre unique référence ou fabriquez vos dieux. Mais cessez d'être obligés de vous sentir écrasés par le poids des statues nées avant vous... Soyez libres, apprenez à penser seuls, affranchissez-vous de l'autorité qui à vos yeux est la plus sacrée, volez de vos propres ailes.

Trop de blouses blanches, de peaux rouges, de légions d'honneur, de simples troufions, de grands mathématiciens, de couronnes posées, de têtes coupées, de verts académiciens et de prix inestimables abusent de leur pouvoir pour impressionner le naïf, l'idiot, le borgne. Les vierges salaces et les débauchées effarouchées, les soldats kaki et les soleils de plomb, les empires et les républiques, les ecclésiastiques et la carotène, les avocats marrons et les rouges pompons, tous sont des imposteurs qui veulent votre soumission à leur cause.

Il faut simplement le savoir et surtout leur montrer que l'on sait. Mais je sais bien que nul ne me croit parmi vous... Alors dormez bien tous, jolis petits pourceaux, tendres petits agneaux, dociles petits veaux que vous êtes.

Demain l'on vous égorgera.

TEXTES DE RAPHAEL ZACHARIE DE IZARRA

raphael.de-izarra@wanadoo.fr
2, Escalier de la Grande Poterne
72000 Le Mans
FRANCE
Téléphone : 02 43 80 42 98
Freebox : 08 70 35 86 22

Raphaël Zacharie de Izarra

DANS LA VILLE LUMIERE

Il était mentaliste de province, parcourant les villes moyennes de numéros en numéros. Non sans une certaine gloire, même si celle-ci était mêlée de médiocrité. Un bref passage à Paris l'éblouit définitivement : c'est là que l'amour, à 52 ans, entra dans sa vie.

Belle brune élancée, parisienne avant tout, elle arborait des os faciaux saillants qui lui conféraient un charme puissant. Il avait les dents jaunes mais souriait avec une exquise distinction "vieille France", quoique ses manières fussent légèrement maladroites. Ils venaient de se rencontrer dans la ville lumière. La ville lumière...

Avec ses pommettes anguleuses, sa mâchoire carrée, son front antique, le visage de cette superbe trentenaire à la coiffure sophistiquée rappelait celui d'une camarde somptueusement grimée. Lui, en dépit de ses dents jaunies n'était point laid.

Ils s'aimèrent, dans la ville lumière. Puis apprirent à mieux se connaître de nuit en nuit, sous les feux de la cité éternelle.

Il n'était plus question pour lui de jouer au clown déclassé devant un public de sous-préfecture : le mentaliste devait tenir son nouveau rôle d'amant à part entière, avec ses dents teintées il est vrai. Elle, sépulcrale mais belle femme malgré tout, des étoiles plein la tête depuis leur rencontre, ne voyait plus la dentition douteuse de cet authentique provincial que les feux de la capitale avaient étourdi. Le mentaliste quant à lui voyait la face de l'amour en cette brune. Plus noire que brune d'ailleurs, avec ses yeux profonds, ses rires graves, sa chevelure ténébreuse... Dans la ville lumière, tout devenait éclatant.

Il riait à pleines dents, tandis qu'elle lui faisait des charmes sans fin avec sa belle chevelure, ses os proéminents et tous ses artifices mondains.

Dans la ville lumière, la lourde province s'était étrangement combinée avec l'Élégance. Une fusion improbable du sabot et de la semelle délicate. Et contre toute attente, parfaitement réussie. Femme raffinée aux attraits funèbres, la belle balayant d'un coup tous ses préjugés ne jurait plus que par ce mentaliste au parler désuet.

Et aux dents ternies.

Vraiment, elle rayonnait de beauté. De cette beauté chaude, venimeuse, orientale qui fascine, effraie et fait rêver. Le mentaliste, un peu gras, la veste démodée, avait l'air de ce qu'il était : un galant anachronique un peu rustaud. Lui avec ses dents négligées, elle avec ses traits quasi cadavériques, ils formaient un couple fulgurant, soudés comme deux éclairs simultanés, deux flammes d'un même orage. En fait deux spectres : le premier un peu ridicule mais touchant, le second dégageant un mystère un tantinet macabre. L'un ressemblait à une vieille photo jaunie, l'autre faisait songer à une grande statue mortuaire. Ils se perdirent dans la ville lumière. L'histoire ne dit pas ce qu'il advint de ce couple insolite car nul ne le revit plus jamais, mais nous imaginons qu'il s'est volatilisé dans les lumières de la ville. Désagrégé, dématérialisé, pulvérisé en direction des étoiles. Juste au-dessus de la ville lumière, précisément.

Lui avec ses dents colorées, elle avec sa tête en forme de crâne.

Raphaël Zacharie de Izarra
raphael.de-izarra(AROBASE)wanadoo.fr

Holly Lawrence

[url=http://100percentwinners.akb007.com]100% Winning Sports Betting Software[/url]
[url=http://mrusa99.com]Bodybuilding Blog[/url]
[url=http://tinyurl.com/634hl98]Bodybuilding and Fitness Blog[/url]
[url=http://chicken.akb007.com]Build a Chicken Coop[/url]
[url=http://chicken-coop-plans.akb007.com]Build a Chicken Coop Plans[/url]
[url=http://local-mobile-monopoly.mrusa99.com]Cell Phone Marketing[/url]
[url=http://chicken-coop.akb007.com]Chicken Coop[/url]
[url=http://chicken-coop-plans.mrusa99.com]Chicken Coop Plans[/url]
[url=http://akb007.com/invisalign/index.html]Clear Braces Sydney [/url]
[url=http://commission-crusher.akb007.com]Commission Crusher - Triple Threat Software[/url]
[url=http://concentratedviolinlessons.akb007.com]Concentrated Violin Lessons[/url]
[url=http://www.sydneycitydental.rediweb.com.au]Cosmetic Dentist Sydney[/url]
[url=http://dogtraining.akb007.com]DIY Dog Training[/url]
[url=http://dog-training.akb007.com]Dog Training[/url]
[url=http://dog-training-made-easy.akb007.com]Dog Training Made Easy[/url]
[url=http://tinyurl.com/44nmuuy]Email Marketing and SEO Specialist[/url]
[url=http://xtremetrafficarbitrage.akb007.com]Extreme Traffic Arbitrage[/url]
[url=http://forex-fap.akb007.com]Forex FAP Turbo Robot[/url]
[url=http://tinyurl.com/453e9d2]Gourmet Food[/url]
[url=http://lookwhosblogging.com]Gourmet Food Blog[/url]
[url=http://guitarscalemastery.akb007.com]Guitar Scale Mastery[/url]
[url=http://how-to-win-the-lottery.mrusa99.com]How to Win the Lottery[/url]
[url=http://invisalign.akb007.com]Invisalign[/url]
[url=http://www.clearbracessydney.com]Invisalign Sydney[/url]
[url=http://akb007.com/invisalign]Invisalign Teen[/url]
[url=http://invisalign-sydney.akb007.com]Invisalign Teen Sydney[/url]
[url=http://jamorama.mrusa99.com]Jamorama[/url]
[url=http://jamorama.akb007.com]Jamorama - Learn to Play Guitar Online[/url]
[url=http://silver-lotto.akb007.com]Ken Silver Lotto[/url]
[url=http://silver-lotto.mrusa99.com]Ken Silver Lotto System[/url]
[url=http://jamorama-reviews.akb007.com]Learn to Play Guitar Online[/url]
[url=http://local-mobile-monopoly.akb007.com]Local Mobile Monopoly[/url]
[url=http://lottoblackbook.akb007.com]Lotto Black Book[/url]
[url=http://makingup.akb007.com]Magic of Making Up[/url]
[url=http://magniwork.akb007.com]Magniwork[/url]
[url=http://mowg.mrusa99.com]MOWG[/url]
[url=http://mowg.akb007.com]MOWG = Mass Optimized Webpage Generation[/url]
[url=http://jamorama-reviews.mrusa99.com]Play Guitar Online[/url]
[url=http://pregnancy-miracle.akb007.com]Pregnancy Miracle[/url]
[url=http://rocketpiano.akb007.com]Rocket Piano[/url]
[url=http://satellitedirect.akb007.com]Satellite Direct - Watch TV Online for Free[/url]
[url=http://akb007.com]SEO Specialist[/url]
[url=http://seopressor.akb007.com]SEOPressor Premium Wordpress Plugin [/url]
[url=http://ken-silver-lotto.akb007.com]Silver Lotto $10 Discount Offer[/url]
[url=http://ken-silver-lotto.mrusa.com]Silver Lotto[/url]
[url=http://silverlotto.akb007.com]Silver Lotto System[/url]
[url=http://singorama.akb007.com]Singorama - Learn to Sing Like a Pro![/url]
[url=http://teds-woodworking.akb007.com]Ted's Woodworking[/url]
[url=http://100percentwinners.akb007.com]Top Arbitrage Betting[/url]
[url=http://truth-about-abs.akb007.com]Truth About Abs[/url]
[url=http://how-to-win-the-lottery.akb007.com]Win the Lottery[/url]
[url=http://how-to-win-the-lottery.mrusa99.com]Win the Lottery 9 Out of 10 Times[/url] [url=http://www.lookwhosblogging.com][img]http://www.lookwhosblogging.com/images/smile.gif[/img][/url]

tangllle

The name of the footwear used for playing soccer is commonly referred to as cleats, or in Europe, boots. However, if you are speaking of indoor soccer, it is quite proper to refer to your cleats as shoes, especially since they don't actually have the spikes usually associated with cleats.



Indoor soccer shoes should have a non-marking rubber sole, meaning even hard use on a gym floor or other surface will not leave it worse for the wear. Many players who frequent both grassy and indoor fields refer to their indoor shoes as flats, and their traditional grass field shoes as cleats. Flat soccer shoes are also appropriate on dry artificial surfaces, even when outdoors.

Before we consider the different types of uppers available on soccer shoes, a brief explanation of what is meant by the term upper will help you in your decision process. Quite easily put, the upper is that section of the shoe which will come in constant contact with ball. Uppers can be comprised of an assortment of natural leathers and synthetic blends of leathers.

You can realize the best 'feel' or touch on the ball with the most expensive leather, which is Kangaroo, however, along with the high price, there are a couple of other downfalls to consider. Soccer shoes made with Kangaroo leather uppers will not last very long, and along with the sacrifice for durability, they will also require a treatment, or special coating, to help prevent water retention. That being said, though, virtually anyone who has played in Kangaroo leather will tell you it is the softest, most lightweight boot you will ever own, and the cost and other sacrifices are well worth the price for the tremendous touch on the ball.

Next in cost comes Pittards leather, which is currently only available from Puma in soccer shoes. This is a specially treated calfskin leather, which goes through a patented process to gain a water-resistant quality, also causing it to dry faster. These boots will maintain their softness longer than untreated calfskin, and also stretch less, therefore affording the player a truer fit for a longer period. These boots are not as expensive as Kangaroo leather, and do offer many fine qualities the Kangaroos lack.

Calfskin leather is the old stand by choice for soccer shoe uppers, for good reasons. It is the least expensive of the natural leathers, and yet offers great durability, and much less stretching than the Kangaroo. You do sacrifice some of the intricate touch on the ball that is so beautiful with the Kangaroo, since the calfskin uppers are heavier, however, for a beginning to mid-range player these should see the season out with no complaints.

Whatever type of shoe you ultimately choose, good fit is of the prime importance. Go to a sports store, with knowledgeable associates to assist you in choosing the correct style and size. Having your soccer socks with you for the fitting will prove invaluable. The boots need to fit closely in the heel and the toe, and do bear in mind that good leather shoes will stretch a bit. As a coach, I always advised my players to wear their new boots around the house the week before using them in a match. This enables a bit of the breaking in to begin, prior to the tough use they will see on the field.

The last shoe every player should own is a good pair of soccer sandals. These rubber slides often offer a bit of nubbing on the insole, a great cooling comfort to weary feet.

Hoomyelenue

[url=http://drivers-printers.ru/]скачать драйвера для Samsung N102[/url]
“Oh, yeah—”“She did—”“Don’t lie to me,” Myrtle gasped, tears now flooding down her face, while Peeves chuckled happily over her shoulder. “D’you think I don’t know what people call me behind my back? Fat Myrtle! Ugly Myrtle! Miserable, moaning, moping Myrtle!”“You’ve forgotten pimply,” Peeves hissed in her ear.Moaning Myrtle burst into anguished sobs and fled from the dungeon. Peeves shot after her, pelting her with moldy peanuts, yelling, _“Pimply!_Pimply!”_
[url=http://californica.ru]compaq cq57 203er drivers[/url]
They made their way slowly down the lawn, making a shallow trench in the glittering, powdery snow, their socks and the hems of their cloaks soaked and freezing. The Forbidden Forest looked as though it had been enchanted, each tree smattered with silver, and Hagrid’s cabin looked like an iced cake.Ron knocked, but there was no answer.“He’s not out, is he?” said Hermione, who was shivering under her cloak.Ron had his ear to the door.“There’s a weird noise,” he said. “Listen—is that Fang?”
[url=http://notebooks-driver.ru/]c660d-186 Toshiba Satellite скачать драйвера бесплатно[/url]
At first they just hurtled through a maze of twisting passages. Harry tried to remember, left, right, right, left, middle fork, right, left, but it was impossible. The rattling cart seemed to know its own way, because Griphook wasn’t steering.Harry’s eyes stung as the cold air rushed past them, but he kept them wide open. Once, he thought he saw a burst of fire at the end of a passage and twisted around to see if it was a dragon, but too late—they plunged even deeper, passing an underground lake where huge stalactites and stalagmites grew from the ceiling and floor.“I never know,” Harry called to Hagrid over the noise of the cart, “what’s the difference between a stalagmite and a stalactite?”“Stalagmite’s got an ‘m’ in it,” said Hagrid. “An’ don’ ask me questions just now, I think I’m gonna be sick.”He did look very green, and when the cart stopped at last beside a small door in the passage wall, Hagrid got out and had to lean against the wall to stop his knees from trembling.
[url=http://drivers-notebooks.ru/]дрова на ноутбук asus 1011px[/url]

Lichcishkeext

[url=http://www.baywatchcasino.com/gamingclubcasino.htm]gamingclub[/url]

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

CasaVisa

communauté


Statistiques

  • Pourquoi faire ?